Divers

L’échange de services gratuits commence à se développer en Grèce

GrèceLa Grèce, à cause de sa forte crise est menacée de quitter la zone euro. Mais le plus grave c’est que des employeurs se retrouvent dans l’impossibilité de payer leurs ouvriers qui continuent à travailler gratuitement, en attendant leur salaire. L’argent dans ce pays manque ! Et pourtant cela n’empêche pas les informaticiens de réparer des ordinateurs, les techniciens de réparer des lignes téléphonique, les professeurs de donner des cours…Gratuitement mais, en échange de services gratuit. Résultat : tous les partis peuvent y trouver leur compte ! Ce système d’échange de services ou de biens, gratuits, existait avant mais avec la crise c’est devenu plus nécessaire.

Dans ce modèle né du courant anticonsumériste, ce n’est plus le marché qui fixe la valeur du travail.

Certain cherchent à faire admettre que tous les citoyens sont égaux, qu’une heure de temps d’un médecin vaut autant qu’une heure de service d’une femme de ménage. Cependant les médecins (prenons leur exemple) ayant fait de longues études, il est tout à fait normal que leurs services aient plus de valeur, mais d’un autre coté même en supposant que les années d’études sont comptabilisées comme un emploi rémunéré à 0€, cela fait quand même un salaire moyen très élevés. Si une heure de temps d’un docteur vaut alors une heure de temps d’un emploi quelconque, on pourrait rendre des services gratuits à ceux qui font des études.

Sur un marché en plein air à Halandri, dans la banlieue du nord d’Athènes, les passants essaient des chaussures, choisissent des jouets et repartent avec des piles de livres d’occasion ou de vêtements apportés par des gens du quartier, le tout sans dépenser un sou.
On échange aussi de la nourriture. Quelqu’un qui a beaucoup de riz peut l’échanger contre de la viande ou des fruits. Les échanges entre la nourriture et les services ne sont pas encore répandus à grande échelle, mais cela devrait venir.

Ceci constitue un moyen de se procurer ce dont on a besoin quand le système économique tourne mal. Mais cela a aussi le mérite de soulever des questions importantes sur la façon dont fonctionne le modèle capitaliste. Selon certain spécialistes, le système capitaliste est fait de sorte à ce qu’il ne puisse pas « vivre éternellement », autrement dit il est destiné à s’effondrer un jour ou l’autre. Touchons-nous à la fin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

google-site-verification=578G-1xF57WvbXa2tbAvMFB6EAu_8xVc7WgFAo8Pdg8